Page images
PDF
EPUB

Il ne sentira point, comme nos princes ; que, s’il gouverne mal, il sera moins heureux dans l'autre vie, moins puissant et moins riche dans celle-ci : il saura que, si son gouvernement n'est pas bon , il perdra l'empire et la vie.

Comme, malgré les expositions d'enfans , le peuple augmente tonjours à la Chine (a), il faut un travail infatigable pour faire produire aux terres de quoi le nourrir; cela demande une grande attention de la part du gouvernement. Il est à tons les instans intéressé à ce que tout le monde puisse travailler sans crainte d'être fustré de ses peines. Ce doit moins être un gouvernement civil qu'un gouvernement domestique.

Voilà ce qui a produit les réglemens dont on parle tant. On a voulu faire régner les lois avec le despotisme; mais ce qui est joint avec le despotisme n'a plus de force. En vain ce despotisme, pressé par ses malheurs, a-t-il voulu s'enchainer; il s'arme de ses chaînes , et devient plus terrible encore.

La Chine est donc un état despotique dont le principe est la crainte. Peut-être que, dans les premières dynasties, l'empire n'étant pas si étendu, le gouvernement déclinait un peu de cet esprit. Mais aujourd'hui cela n'est pas.

(a) Voyez le mémoire d'un Tsongton pour qu'on défriche. Lettres édif. vingt-unième recueil.

FIN DU TOME PREMIER.

Caap. VI. Comment on supplée à la vertu

dans le gouvernement monarchique.
Char. VII. Du principe de la monarchie. 01
Chap. VIII. Que l'honneur n'est point le prin-

cipe des états despotiques.
Chap. IX. Du principe du gouvernement des-

potique.
Chap. X. Différence de l'obéissance dans les

gouvernemens modérés et dans les gouver-

nemens despotiques.
Chap. XI. Réflexion sur tout ceci.

LIVRE QUATRIÈME.
Que les lois de l'éducation doivent être relatives aux principes

du gouvernement.
Chap. I. Des lois de l'éducation.

69
Chap. II. De l'éducation dans les monarchies.
Chap. III. De l'éducation dans le gouverne-

ment despotique.'
Chap. IV. Différence de l'effet de l'éducation

chez les anciens et parmi nous.
Chap. V. De l'éducation dans le gouverne-

ment républicain.
Chap. VI. De quelques institutions des Grecs.
Chap. VII. En quel cas ces institutions singu-

lières peuvent être bonnes.
Chap. VIII. Explication d'un paradoxe des
anciens par rapport aux mours.

LIVRE CINQUIÈME.
Que les lois que le législateur donne doivent être relatives au

priucipe.
Chap. I. Idée de ce livre.
CHAP. II. Ce que c'est que la vertu dans l'é-

tat politique.
Cuap. III. Ce que c'est que l'amour de la ré.

publique dans la démocratie.

mp Cnap. IV. Comment on inspire l'amour de
" l'égalité et de la frugalité.

Chap. V. Comment les lois établissent l'é-
od galité dans la démocratie.
Chap. VI. Comment les lois doivent entrete-

nir la frugalité dans la démocratie.
Cuap. VII. Autres moyens de favoriser le prin-

cipe de la démocratie.
Cuap. VIII. Comment les lois doivent se rap-

porter au principe du gouvernement dans

l'aristocratie.

Chap. IX. Comment les lois sont relatives à

leur principe dans la monarchie.

Chap. X. De la promptitude de l'exécution,

dans la monarchie.

118

Chap. XI. De l'excellence du gouvernement

monarchique.

CHAP, XII. Continuation du même sujet.

Chap. XIII. Idée du despotisme.

123

Chap. XIV. Comment les lois sont relatives

au principe du gouvernement despotique. ib.

Cnap. XV. Continuation du même trajet. 132

CAP. XVI. De la communication du pouvoir.
Cuap. XVII. Des présens.
Crap. XVIII. Des récompenses que le souve-

rain donne.

Chap. XIX. Nouvelles conséquenees des prin-

eipes des trois gouvernemens.

140

LIVRE SIXIÈME.

Conséquences des principes des divers gouvernemens par rap-

port à la simplicité des lois civiles et criminelles, la formc
des jugemens, et l'établissement des peines.

Chap. I. De la simplicité des lois civiles dans

les divers gouvernemens.

146

Chap. II De la simplicité des lois criminelles,

dans les divers gouvernemens.

150

ESPRIT DES LOIS. T. 1.

15

155

CHAP. III. Dans quels gouvernemens et dans
quels cas on doit juger selon un texte pré-
cis de la loi.
CHAP. IV. Dclamanière de former lesjugemens.
CHAP. V. Dans quel gouvernement le souve-
rain peut être juge.
CHAP. † Que, dans la monarchie, les mi-
nistres ne doivent pas juger.
CHAP. VII. Du magistrat unique.
CHAP. VII. Des accusations dans les divers
gouvernemens.
CHAP. IX. De la sévérité des peines dans les
divers gouvernemens.
CHAP. X. Des anciennes lois françaises.
CHAP. XI. Que, lorsqu'un peuple est ver-
tueux, il faut peu de peines.
CHAP. XII. De la puissance des peines.
CHAP. XIII. Impuissance des lois japonaises.
CHAP. XIV. † du sénat de Rome.
CHAr. XV. Des lois des Romains à l'égard des
1D6S.
CHAP. XVI. De la juste proportion des pei-
nes avec le crime.
CHAP. XVII. De la question ou torture contre
les criminels.
CHAP. XVIII. Des peines pécuniaires, et des
peines corporelles.
CHAr. XIX. De la loi du talion.
CHAP. XX. De la punition des pères pour
leurs enfans.
CHAP. XXI. De la clémence du prince.

LIVRE SEPTIÈME.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

Conséquences des différens principes des trois gouvernemens
par rapport aux lois somptuaires, au luxe, et à la condition

des femmes.

CHAP. I. Du luxe.

187

« PreviousContinue »