Page images
PDF
EPUB

i4 aVERTISSEMENT DE L'AUTEUR.

litique ne l'est pas. En un mot, l'honneur est dans la république, quoique la vertu politique en soit le ressort; la vertu politique est dans la monarnarchie, quoique l'honneur en soit le ressort.

Enfiu, l'homme de bien dont il est question dans le livre III, chapitre V, n'est pas l'homme de bien chrétien, mais l'homme de bien politique, qui a la vertu politique dont j'ai parlé : c'est l'homme qui aime les lois de son pays et qui agit par l'amour des lois de son pays. J'ai donné un nouveau jour à toutes ces choses dans cette édition-ci , en fixant encore plus les idées : et, dans la plupart des endroits ou je me suis servi du mot de vertu, j'ai mis vertu politique

Si, dans le nombre infini de choses qni sont dans ce livre, il y en avait quelqu'une qui, contre mon attente, pût offenser, il n'y en a pas du moins qui y ait été mise avec mauvaise intention. Je n'ai point naturellement l'esprit désapprobateur. Platon remercie le ciel de ce qu'il était né du temps de Socrate; et moi je lui rends grâces de ce qu'il m'a fait naître dans le gouvernement où je vis , et de ce qu'il a voulu que j'obéisse à ceux qu'il m'a fait aimer (i).

Je demande une grâce que je crains qu'on ne m'accorde pas; c'est de ne pas juger par la lecture d'un moment, d'un travail de vingt années(2); d'approuver ou de condamner le livre entier, et non pas quelques phrases. Si l'on veut chercher le dessein de l'auteur, on ne le peut bien découvrir que dans le dessein de l'ouvrage.

J'ai d'abord examiné les hommes, et j'ai cru que, dans cette infinie diversité de lois et de mœurs, ils n'étaient pas uniquement conduits par leurs fantaisies.

J'ai posé les principes, et j'ai vu les cas particuliers s'y plier comme d'eux-mêmes (3), les histoires de toutes les nations n'en être que les suites, et chaque loi particulière liée avec une autre loi, ou dépendre d'une autre plus générale.

(i) Après avoir iu l'Esprit des lois, oo voit la franchise du cet aveu.

(2) Ce n'est que dans les choses où l'auteur semble avoir des idees à lui qu'il faut critiquer, afin qu'une nouvelle erreur ne s'introduise pas.

(3) C'est souvent une très-mauvaise méthode.

Quand j'ai été rappelé à l'antiquité, j'ai cherché à en prendre l'esprit, pour ne pas regarder comme semblables des cas réellement différens, et ne pas manquer les différences de ceux qui paraissent semblables.

Je n'ai point tiré mes principes de mes préjugés (i), mais de la nature des choses.

Ici bien des vérités ne se fjeropt sentir qu'après qu'on aura vu la chaîne qui les lie à d'autres. Plus on réfléchira sur les détails, plus on sentira la certitude des principes. Ces détailsmêmes, je ne les ai pas tous donnés ; car qui pourrait dire tout sans un mortel ennui?

On ne trouvera point ici ces traits saillans qui semblent caractériser les ouvrages d'aujourd'hui. Pour peu qu'on voie les choses avec une certaine étendue, les saillies s'évanouissent; elles ne naissent d'ordinaire que parce que l'esprit se jette tout d'un côté, et abandonne tous les autres.

Je n'écris point pour censurer ce qui est établi dans quelque pays que ce soit (.>.). Chaque nation trouvera ici les raisons de ses maximes ; et on n'en tirera naturellement cette conséquence, qu'il n'appartient de proposer des changement qu'à ceux qui sont assez heureusement nés pour pénétrer d'un coup de génie toute la constitution d'un état.

Il n'est pas indifférent que le peuple soit éclairé. Les préjugés des magistrats ont commencé par être les préjugés de la nation (5). Dans un temps d'ignorance, on n'a aucun doute, même lorsqu'on

(i) Nos préjugés nous entraînent! notre insu; et plus ils sont pnissans , et moins ils sont sentis.

(2) Pourquoi pas, quand ce qni est établi est mauvais et nuit au bonheur tirs hommes.

(3) Cela est certain , et même du peuple. C'est lui qui élève les magistrats, qui a soin de leur enfance. C'est le peuple dont on adopte les idées; et quand on est grand ou qu'on est petit, on dit qu'il faut les respecter.

fait les plus grands maux; dans un temps de lumière , on tremble encore lorsqu'on fait les plus grands biens. On senties abus anciens, on en voit la correction; mais on voit encore les abus de la correction même. On laisse le mal si l'on craint le pire, on laisse le bien si l'on est en doute du mieux. On ne regarde les parties que pour juger du tout ensemble; on examine toutes les causes pour voir tous les résultats.

Si je pouvais faire en sorte que tout le monde eût de nouvelles raisons pour aimer ses devoirs, son prince, sa patrie, ses lois; qu'on pût mieux sentir son bonheur dans chaque pays, dans chaque gouvernement, dans chaque poste où l'on se trouve, je me croirais le plus heureux des mortels.

Si je pouvais faire en sorte que ceux qui commandent augmentassent leurs connaissances sur ce qu'ils doivent prescrire, et que ceux qui obéissent trouvassent un nouveau plaisir à obéir, je me croirais le plus heureux des mortels.

Je me croirais le plus heureux des mortels si je

Îiouvais faire que les hommes pussent se guérir de eurs préjugés. J'appelle ici préjugés, non pas ce qui fait qu'on ignore certaines choses, mais ce qui fait qu'on s'ignore soi-même (1).

C'est en cherchant à instruire les hommes que l'on peut pratiquer cette vertu générale qui com

Erend l'amour de tous. L'homme, cet être flexile, se pliant dans la société aux pensées et aux impressions des autres, est également capable de connaître sa propre nature lorsqu'on la lui montre, et d'en perdre jusqu'au sentiment lorsqu'on la lui dérobe.

J'ai bien des fois commencé et bien des fois abandonné cet ouvrage; j'ai mille fois envoyé aux vents (a) les feuilles que j'avais écrites ; je sentais

(1) Cette défïnilion n'est pas trop intelligible(a) Ludibria ventis.

tous les jours les mains paternelles tomber (a) ; je suivais mon objet sans former de dessein; je ne connaissais ni les règles ni les exceptions; je ne trouvais la vérité que pour la perdre. Mais quand j'ai découvert mes principes, tout ce que je cherchais est venu à moi; et, dans le cours de vingt années, j'ai vu mon ouvrage commencer, croître, s'avancer, et finir.

Si cet ouvrage a du succès, je le devrai beaucoup à la majesté de mon sujet;, cependant je ne crois pas avoir totalement manqué de génie. Quand j'ai vu ce que tant de grands nommes, en France, en Angleterre et en Allemagne, ont écrit avant moi, j'ai été dans l'admiration ; mais je n'ai point perdu le courage : « Et moi aussi je suis peintre (b), » aije dit *vec le Corrège.

(a) Bis palrire cecidere manus.

(b) E<1 io anche son pitlore.

« PreviousContinue »