Page images
PDF

CHAPITRE IL

Ce que c'est que la vertu dans Cétat politique',

J-i A vertu , dans une république , est une chose très-simple : c'est l'amour de la république; c'est un sentiment, et non une suite de connoissances ; le dernier homme de l'état peut avoir ce sentiment, comme le premier. Quand le peuple a une fois de bonnes maximes, il s'y tient plus long-temps, que ce qu'on appelle les honnêtes gens. Il est rare que la corruption commence par lui; souvent il a tiré , de la médiocrité de ses lumières , un attachement plus fort pour ce qui est établi.

L'amour de la patrie conduit à la bonté des mœurs, et la bonté des mœurs mène à l'amour de la patrie. Moins nous pouvons satisfaire nos passions particulières, plus nous nous livrons aux générales. Pourquoi les moines aiment-ils tant leur ordre? C'est justement par l'endroit qui fait qu'il leur est insupportable. Leur règle les prive de toutes les choses sur lesquelles les passions ordinaires s'appuient: reste donc cette passion pour la règle même qui les afflige. Plus elle est austère, c'est-à-dire, plus elle retranche de leurs penchans, plus elle donne de force à ceux qu'elle leur laisse.

CHAPITRE III.

Ce que c'est que Vamour de la république dans la démocratie■

L'amour de la république, dans une démo-' cratie , est celui de la démocratie; l'amour de la démocratie est celui de l'égalité*

L'amour de la démocratie est encore l'amour1 de la frugalité. Chacun, devant y avoir le même bonheur et les mêmes avantages, y doit goûtef les mêmes plaisirs et former les mêmes espérances; chose qu'on ne peut attendre que de la frugalité générale.

L'amour de l'égalité, dans une démocratie , borne l'ambition au seul desir, au seul bon* heur de rendre à sa patrie de plus grands ser* vices que les autres citoyens. Ils ne peuvent pas lui rendre tous des services égaux; mais ils doivent tous également lui en rendre. En naissant, on contracte envers elle une dette immense , dont on ne peut jamais s'acquitter.

Ainsi les distinctions y naissent du principe de l'égalité, lors même qu'elle paroît ôtée par des services heureux, ou par des talens supérieurs.

L'amour de la frugalité borne le désir d'avoir à l'attention que demande le nécessaire pour sa famille, et même le superflu pour sa patrie. Les richesses donnent une puissance dont un citoyen ne peut pas user pour lui; car il né seroit pas égal. Elles procurent des délices,' dont il ne doit pas jouir non plus, parce qu'elles choqueroient l'égalité tout de même, . Aussi les bonnes démocraties, en établissant la frugalité domestique, ont-elles ouvert la porte aux dépenses publiques, comme on fit à Athènes et à Rome. Pour lors la magnificence et la profusion naissoient du fonds de la frugalité même : et, comme la religion demande qu'on ait les mains pures pour faire des offrandes aux dieux, les loix vouloient des mœurs frugales pour que l'on pût donner à s* patrie.

Le bon sens et le bonheur des particuliers consiste beaucoup dans la médiocrité de leurs talens et de leurs fortunes. Une république où les loix auront formé beaucoup de gens médio* cres, composée de gens sages, se gouvernera, sagement; composée de gens heureux, elle sera très-heureuse.

CHAPITRE IV.

Comment on inspire Vamour de Végalité et de la frugalité.

L'amour de l'égalité et celui de la frugalité sont extrêmement excités par l'égalité et la frugalité même, quand on vit dans une société, où les loix ont établi l'une et l'autre,

Dans les monarchies et les états despotiques, personne n'aspire à l'égalité; cela ne vient pas même dans l'idée; chacun y tend à la supériorité. Les gens des conditions les plus basses ne desirent d'en sortir, que pour être les maîtres des autresk

Il en est de même de la frugalité.Pour l'aimer,' il faut en jouir. Ce ne seront point ceux qui sont corrompus par les délices, qui aimeront la vie frugale ; et, si cela avoit été naturel et ordinaire, Alclbïadc n'auroit pas fait l'admiration de l'univers. Ce ne seront pas non plus ceux qui envient ou qui admirent le luxe des autres, qui aimeront la frugalité; des gens qui n'ont devant les yeux que des hommes riches ou des hommes misérables comme eux, détestent leur misère, sans aimer ou connoître ce qui fait le terme de la misère.

C'est donc une maxime très-vraie, que, pour que l'on aime l'égalité et la frugalité dans une république , il faut que les loix les y aient établies.

[ocr errors]

CHAPITRE V.

Comment les loix établissent l'égalité dans la1 démocratie.

(quelques législateurs anciens, comme Lycurgue et Romulus, partagèrent également les terres. Cela ne pouvoit avoir lieu que dans la fondation d'une république nouvelle ; ou bien lorsque l'ancienne étoit si corrompue et les esprits dans une telle disposition, que les

f>auvres se croyoient obligés de chercher, et es riches obligés de souffrir un pareil remède,

Si, lorsque le législateur fait un pareil partage , il ne donne pas des loix pour le maintenir , il ne fait qu'une constitution passagère; l'inégalité entrera par le côté que les loixn'auront pas défendu, et la république sera perdue.

Il faut donc que l'on règle, dans cet objet," les dots des femmes, les donations, les successions , les testamens, enfin toutes les manières de contracter. Car, s'il étoit permis de donner son bien à qui on voudroit et comme on voudroit, chaque volonté particulière troubleroit la disposition de la loi fondamentale,

Solon-y qui permettoit à Athènes de laisser son bien à qui on vouloit par testament, pourvu qu'on n'eût point d'enfans (*), contredisoit les loix anciennes, qui ordônnoient que

(*) Plutarqut, vie de Solon,

tel

« PreviousContinue »