Page images
PDF
EPUB

agit à l'opposé de Cérès, exécute cependant son ordre. Sur un tourbillon de vent elle se transporte dans l'espace au palais désigné, pénètre sans retard jusqu'à la couche de l'impie, et tandis qu'il est plongé dans un profond sommeil (car il faisait nuit), elle l'entoure de ses deux bras, pénètre en lui, remplit de son haleine sa bouche, sa gorge, sa poitrine, creuse et affame ses entrailles. Une fois sa mission remplie, elle quitte ce pays trop fertile pour elle et regagne son habitation sans ressources, son antre accoutumé.

CCCXXXII

(Tom. III, p. 179 et 199.)

Il est au centre du monde, entre les terres, les mers et les plaines célestes, aux confins des trois parties qui le composent, un lieu, d'où se voit ce qui s'y passe partout, si loin que ce soit, et où arrivent à des oreilles toujours attentives tout ce qui se dit. C'est le séjour de la Renommée; elle y a son palais sur le haut d'une montagne; l'entrée en a été facilitée par mille accès, mille ouvertures, sans qu'aucune porte en ferme les murs. Nuit et jour, il est ouvert; construit entièrement d'airain retentissant, il résonne de de toutes parts, réfléchit et répète les paroles et tous les bruits qui le frappent. Au dedans, jamais de repos, jamais de silence. Non pas qu'il s'y produise du fracas; c'est le bruit sourd d'un long murmure, comme celui des eaux de la mer entendues au loin ou celui des derniers roulements que fait entendre dans les nues obscurcies la foudre de Jupiter. Les portiques sont remplis de peuple; une multitude inconstante va et vient; et mille rumeurs imaginaires, mêlées à la vérité, ne cessent de circuler dans un bruissement continu de paroles confuses. De tous ces bruits les oreilles avides se repaissent; ils sont redits et portés ailleurs, et la part faite au mensonge va croissant, chacun ajoute à ce qu'il a entendu quelque invention nouvelle. Là sont la Crédulité, l'Erreur téméraire, la fausse Joie, la Crainte désordonnée, la Sédition aux mouvements sou

Ipsa, quid in cælo rerum pelagoque geratur

Et tellure, videt, totumque inquirit in orbem.

Ov., Metam., XII, v. 39-63.

CCCXXXIII

Monologue d'Hécube sur le corps de sa fille qui vient d'être sacrifiée par les Grecs aux mânes d'Achille.

Nata, tuæ (quid enim superest ?) dolor ultime matri,
Nata, jaces; videoque tuum, mea vulnera, vulnus !
En, ne perdiderim quemquam sine cæde meorum,
Tu quoque vulnus habes. At te, quia femina, rebar
A ferro tutam: cecidisti et femina ferro :
Totque tuos idem fratres, te perdidit idem
Exitium Trojæ nostrique orbator, Achilles :
At postquam cecidit Paridis Phœbique sagittis,
Nunc certe, dixi, non est metuendus Achilles :
Nunc quoque mi metuendus erat. Cinis ipse sepulti
In genus hoc sævit: tumulo quoque sensimus hostem :
Eacidæ fecunda fui. Jacet Ilion ingens,
Eventuque gravi finita est publica clades,

Sed1 finita tamen ; soli mihi Pergama restant,
In cursuque meus dolor est. Modo maxima rerum,
Tot generis natisque potens nuribusque viroque,
Nunc trahor exul,inops, tumulis avulsa meorum,
Penelope munus; quæ me data pensa trahentem
Matribus ostendens Ithacis : « Hæc Hectoris illa est
Clara parens: hæc est, dicet, Priameia conjux. »
Postque tot amissos tu nunc, quæ sola levabas
Maternos luctus, hostilia busta piasti.

Inferias hosti peperi. Quo ferrea resto?

Quidve moror? Quo me servas, annosa senectus ?
Quid, Di crudeles, nisi quo nova funera cernam,
Vivacem differtis anum ? quis posse putaret
Felicem Priamum, post diruta Pergama, dici?

(1) Heinsius lit si finita et d'autres sit finita.

dains, les Bruits d'auteur inconnu. Elle-même la Renommée voit tout ce qui se passe dans le ciel, sur la mer, sur la terre son regard embrasse le monde entier.

CCCXXXIII

(Tom. II, p. 180 et 205.)

O ma fille, objet de ma dernière douleur, (car que me reste-t-il encore ?) ma fille, te voilà donc morte, et j'ai sous les yeux tes blessures, qui sont aussi les miennes ! Ainsi comme si pas un des miens ne devait échapper au meurtre, toi-même tu es frappée; toi du moins, à cause de ton sexe, je te croyais à l'abri du glaive, et le glaive, malgré ton sexe, vient de t'abattre. De même que celle de tous tes frères, ta mort vient du seul Achille, ce destructeur de Troie et de notre famille. Cependant quand il eut succombé sous les flèches de Pâris et d'Apollon, « maintenant, me disais-je, Achille n'est plus à craindre » ; et il devait l'être encore pour moi; jusqu'après le trépas sa cendre même sévit contre ma race; dans son tombeau je trouve encore un ennemi; je n'ai enfanté que pour ce petit-fils d'Éaque. La superbe Troie est renversée, un coup terrible a mis fin aux malheurs publics; ils sont finis du moins; pour moi seule Pergame existe toujours et ma douleur n'a point de terme. Naguère au comble de la puissance, fière de tant d'enfants, de gendres et de brus, fière de mon époux, je suis aujourd'hui traînée en exil, pauvre, misérablement séparée du tombeau des miens, future esclave de Pénélope, qui, tandis que je remplirai la tâche imposée par elle, me montrera aux femmes d'Ithaque, en leur disant: << Voilà l'illustre mère du fameux Hector, voilà l'épouse de Priam ! » Après tant de deuils, ô ma fille, toi qui seule consolais la douleur de ta mère, on t'a sacrifiée sur le tombeau d'un ennemi : c'est pour servir de victime expiatoire aux mànes d'un ennemi que je t'ai mise au monde. Pourquoi donc cette solidité de fer qui me fait survivre ? Qu'ai-je à attendre?

Felix morte sua est, nec te, mea nata, peremptam
Aspicit, et vitam pariter regnumque reliquit.
At, puto, funeribus dotabere, regia virgo,
Condeturque tuum monumentis corpus avitis.
Non hæc est Fortuna domus. Tibi munera matris
Contingent fletus peregrinæque haustus arenæ.

Ov., Metam., XIII, v. 494-526.

CCCXXXIV

Combat d'Hercule et de Cacus.

Mane erat: excussus somno Tirynthius1 hospes
De numero tauros sentit abesse duos.
Nulla videt quærens taciti vestigia furti.
Traxerat aversos Cacus in antra feros,
Cacus, Aventinæ timor atque infamia silvæ,
Non leve finitimis hospitibusque malum.
Dira viro facies, vires pro corpore, corpus
Grande (pater monstri Mulciber hujus erat).
Proque domo longis spelunca recessibus ingens,
Abdita, vix ipsis invenienda feris.

Ora super postes adfixaque bracchia pendent,
Squalidaque humanis ossibus albet humus.
Servata male parte boum Jove natus abibat :
Mugitum rauco furta dedere sono.

<< Accipio revocamen », ait; vocemque secutus,
Impia per silvas ultor ad antra venit.

Ille aditum fracti præstruxerat objice montis.
Vix juga movissent quinque bis illud opus.
Nititur hic humeris, cælum quoque sederat illis,

(1) Hercule élevé à Tirynthe.

Que me réserves-tu, o vieillesse, en me chargeant d'années? Et ne voulez-vous, dieux cruels, que me faire assister à de nouvelles funérailles, en prolongeant encore ma vie si longue? Qui eût cru que l'on pût trouver Priam heureux après la ruine de Troie? Heureux, il l'est par sa mort; car il ne te voit pas, ô ma fille, égorgée; et c'est en quittant le trône qu'il a quitté la vie. Mais sans doute, vierge issue de rois, on t'accordera de belles funérailles, et l'on déposera ton corps dans la tombe de tes aïeux. Non, telle n'est pas la fortune de la maison de Priam. Pour honneurs funèbres tu auras les pleurs de ta mère et quelques grains de sable d'un rivage étranger.

CCCXXXIV

(Tom. III, p. 216 et 233.)

C'était le matin à son réveil l'hôte Tirynthien d'Évandre s'aperçut qu'il lui manquait deux boeufs. Il cherche et net découvre aucune trace du larcin. Cacus les avait traînés à reculons dans son antre, Cacus, la terreur et la honte des forêts de l'Aventin, le fléau des peuples voisins et étrangers. L'aspect de cet homme était horrible; sa force, proportionnée à son corps; et son corps, colossal (le monstre avait pour père Vulcain). Il habitait une caverne immense, profonde, retirée, à peine accessible même aux animaux sauvages. Au-dessus de l'entrée étaient suspendus des têtes, des bras, et le sol d'une vue repoussante blanchissait d'ossements humains. Forcé de renoncer aux boeufs perdus, déjà le fils de Jupiter s'en allait, lorsque se fit entendre un rauque mugissement des animaux volés. « J'obéis au signal qui me rappelle », dit-il, et guidé par leur voix, à travers la forêt il arrive, avide de vengeance, à l'antre impie. Cacus en avait obstrué l'entrée par un quartier de roche dont dix couples de boeufs auraient à peine ébranlé la masse. Hercule le soulève de ses fortes épaules, sur lesquelles le ciel même s'était reposé, et d'un mouvement ébranle l'énorme charge. Elle tombe et le terrible fracas de

« PreviousContinue »