Page images
PDF
EPUB

cœur insensible de Pyrrha, Deucalion était soulagé de son tourment. Telle est la propriété de ce lieu. Rends-toi tout de suite à la haute Leucade et ne crains pas de t'élancer du rocher. >> Dès qu'elle m'eut donné cet avis, elle se tut et s'en alla. Moi, glacée d'effroi, je me levai, et mes yeux, gros de larmes, ne purent les contenir. Oui, nymphe, j'irai, je gagnerai la roche indiquée; loin de moi la crainte que surmonte mon fol amour. Quoi qu'il arrive, il en sera mieux que maintenant. Air, soutiens-moi; mon corps, tel qu'il est, n'a pas grand poids; toi aussi, tendre Amour, prête-moi l'appui de tes ailes dans ma chute pour que ma mort n'incrimine pas les eaux de Leucade. Alors je consacrerai à Phoebus l'offrande de ma lyre, qui nous est commune, et au-dessous seront ces deux vers: « C'est en gage de sa reconnaissance que Sapho, femme poète, ô Phoebus, t'a consacré cette lyre: comme elle me convient à moi, elle te convient à toi. »

CCCXIX

(Tom. III, p. 140.)

Ariadne errait éperdue sur la plage déserte de l'île de Naxos que toujours battent les flots. En s'éveillant, elle s'était à peine vêtue d'une tunique flottante, et pieds nus, sa blonde chevelure en désordre, ses belles joues inondées de larmes, elle redemandait le cruel Thésée aux flots sourds à sa voix. Elle criait et pleurait à la fois, mais cela même lui séiait et son désespoir ne la rendait pas moins belle.De ses mains coup sur coup elle se frappait durement la poitrine: «Le perfide s'en est allé! disait-elle. Que vais-je devenir? » Que vais-je devenir? voilà ce qu'elle disait. Et soudain résonnèrent par tout le rivage les cymbales, les tambours battus par des mains frénétiques. Elle est saisie d'effroi, défaite, et ses paroles s'arrêtent, tout son sang

Quid mihi fiet ? ait. Sonuerunt cymbala toto
Litore, et attonita tympana pulsa manu.
Excidit illa metu, rupitque novissima verba:
Nullus in exanimi corpore sanguis erat.
Ecce Mimallonides, sparsis in terga capillis;!
Ecce leves Satyri, prævia turba Dei;
Ebrius ecce senex pando Silenus asello,

Vix sedet; et pressas continet arte jubas.
Dum sequitur Bacchas, Bacchæ fugiuntque petuntque;
Quadrupedem ferula dum malus urget eques;

In caput aurito cecidit delapsus asello.

Clamarunt Satyri: surge age, surge, pater! Jam Deus in curru, quem summum texerat uvis, Tigribus adjunctis aurea lora dabat.

Et color et Theseus et vox abiere puellæ ;

Terque fugam petiit, terque retenta metu.
Horruit, ut steriles agitat quas ventus aristæ,
Ut levis in madida canna palude tremit.
Cui Deus: << En adsum tibi cura fidelior, inquit:
Pone metum: Bacchi, Gnosias, uxor eris.
Munus habe cælum : cælo spectabere sidus,
Sæpe reget1 dubiam Cressa corona ratem. >>
Dixit; et e curru, ne tigres illa timeret,
Desilit; imposito cessit arena pedi;

Implicitamque sinu, neque enim pugnare valebat,
Abstulit: ut facile est omnia posse Deo.

Pars, Hymenæe, canunt; pars clamant, Evhion, evhoe! <
Sic coeunt sacro nupta Deusque toro.

Ov. Ars Am., 1, 527-564.

CCCXX

Ulysse et Calypso.

Non formosus erat, scd erat facundus Ulixes;
Et tamen æquoreas torsit amore Deas.

(1) Var.: spectabile sidus, sæpe reges.

s'était glacé dans ses veines. Mais voici les Mimallonides échevelées, voici les Satyres légers, avant-garde du dieu ; voici le vieux Silène, pris de vin, sur son âne qui plie sous lui; à peine s'y soutient-il en se cramponnant à la crinière. Tandis qu'il poursuit les Bacchantes, qui tout en fuyant le provoquent, et que, malhabile écuyer, il frappe de sa houssine le quadrupède aux longues oreilles, il tombe la tête en avant, et les Satyres de crier: « Relève-toi donc, relèvetoi, père Silène ! » Cependant sur son char, le dieu, couronné de pampre, dirigeait de ses rênes d'or son attelage de tigres. Pâle et sans voix, Ariadne ne songe plus à Thésée; trois fois elle veut fuir et trois fois la crainte l'arrète. Elle frémit comme la paille du blé qu'agite le vent, comme le frêle roseau de l'humide marais. Alors le dieu: « C'est moi, lui dit-il, qui serai pour toi l'amant fidèle; bannis toute frayeur; fille de Minos, tu seras l'épouse de Bacchus. En dot reçois le ciel; du haut du ciel tu brilleras parmi les astres, ta couronne crétoise servira de guide au navigateur incertain.>> Il dit et saute de son char dont les tigres auraient pu l'effrayer; la terre s'incline sous ses pas ; il saisit Ariadne dans ses bras et l'enlève; elle ne saurait lui résister, un dieu pouvant facilement tout ce qu'il veut. Une partie du cortège entonne l'hyménée, l'autre crie: Évohé ! Evohé! Bacchus et sa nouvelle épouse partagent la couche nuptiale.

CCCXX

(Tom. III, p. 141.)

Ulysse n'était pas beau, mais il était éloquent et des déesses des mers éprouvèrent pour lui les tourments de

(2) Var.: In facili.

O quoties illum doluit properare Calypso ;
Remigioque aptas esse negavit aquas !
Hæc Trojæ casus iterumque iterumque rogabat.
Ille referre aliter sæpe solebat idem.
Litore constiterant: illic quoque pulchra Calypso
Exigit Odrysii fata cruenta ducis.

Ille levi virga, virgam nam forte tenebat,
Quod rogat, in spisso litore pingit opus.
Hæc, inquit, Troja est (muros in litore fecit).
Hic tibi sit Simois : hæc mea castra puta.
Campus erat (campumque facit), quem cæde Dolonis
Sparsimus, Hæmonios dum vigil optat equos.
Illic Sithonii fuerant tentoria Rhesi :

Hac ego sum captis nocte revectus equis. Pluraque pingebat; subitus quum Pergama fluctus. Abstulit, et Rhesi cum duce castra suo.

Tum Dea: «Quas, inquit, fidas tibi credis ituro,
Perdiderint undæ nomina quanta, vides! >>

CCCXXI

Ov.,. A. Am., II, 123-142.

Conseils à l'amant qui veut s'attacher celle qu'il aime.

Jussus adesse foro, jussa maturius hora

Fac semper venias; nec nisi serus abi.
Occurras aliquo tibi dixerit? omnia differ;
Curre; nec inceptum turba moretur iter.
Nocte domum repetens epulis perfuncta redibit:
Tunc quoque pro servo, si vocat illa, veni.
Rure eris, et dicet : « venias », Amor odit inertes:
Si rota defuerit, tu pede carpe viam.
Nec grave te tempus sitiensve Canicula tardet,
Nec via per jactas candida facta nives.
Militia species amor est; discedite, segnes :

Non sunt hæc timidis signa tuenda viris.
Nox et hiems longæque viæ sævique dolores
Mollibus his castris et labor omnis inest.

l'amour. Que de fois Calypso se désola de ses préparatifs de départ et lui affirma que l'état des flots ne se prêtait pas à un voyage. Sans cesse elle lui redemandait le récit de la chute de Troie, il le lui présentait en le variant toujours. Une fois, ils étaient arrêtés sur le rivage; la belle déesse voulut qu'il lui dît la fin tragique du chef des Odrysiens; Ulysse, avec une légère baguette, qu'il avait par hasard à la main, lui traça sur l'épaisseur du sable l'exploit en question. << Ici, disait-il, est Troie (et il en figurait l'enceinte); ceci est le Simoïs, là supposons mon camp; de ce côté était une plaine (et il la marquait), que nous arrosâmes du sang de Dolon, la nuit où il tenta de s'emparer des chevaux d'Achille. Plus loin, s'élevaient les tentes de Rhésus, roi de Thrace, et c'est par ici que je revins avec les chevaux que j'avais enlevés. » Il continuait sa description, quand soudain une vague fit disparaître et Pergame et Rhésus et son camp. Pars maintenant, lui dit alors la déesse, confie-toi à ces flots qui, sous tes yeux, viennent d'anéantir de si grands noms ! >>>

CCCXXI

(Tom. III, p. 134 et 144.)

Te donne-t-elle un rendez-vous au forum, aie soin d'y arriver avant l'heure indiquée; et ne te retire que très tard. Te dit-elle d'aller la trouver ailleurs, quitte tout, presse-toi et que la foule ne retarde pas ta course. Si, la nuit, au sortir d'un banquet, regagnant sa demeure, elle appelle un esclave, offre-toi pour lui en tenir lieu. Tu es à la campagne et elle t'écrit : « Viens » ; l'Amour déteste la nonchalance; faute de voiture, fais la route à pied. Et que rien ne t'arrête, ni la lourdeur du temps, ni l'ardeur de la Canicule, ni l'épaisseur de la neige qui a blanchi le chemin.

L'amour est une sorte de milice; retirez-vous, âmes faibles, ce n'est pas à des hommes pusillanimes que convient la défense de tels étendards. Veilles, intempéries, longues courses, cruelles douleurs, travaux de toutes sortes,

« PreviousContinue »