Page images
PDF
EPUB

CCC

Properce indique les funérailles qu'il veut.

Quandocumque igitur nostros mors claudet ocellos,
Accipe, quæ serves, funeris acta mei.
Nec mea tunc longa spatietur imagine pompa,
Nec tuba sit fati vana querela mei;

Nec mihi tum fulcro sternatur lectus eburno,
Nec sit in Attalico mors mea nixa toro.
Desit odoriferis ordo mihi lancibus: at sint
Plebeii parvæ funeris exsequiæ.

Sat mea, sat magna est si tres sint pompa libelli,
Quos ego Persephonæ maxima dona feram.
Tu vero nudum pectus lacerata sequeris,
Nec fueris nomen lassa vocare meum;
Osculaque in gelidis pones suprema labellis,
Quum dabitur Syrio munere plenus onyx.
Deinde, ubi suppositus cinerem me fecerit ardor,
Accipiat Manes parvula testa meos;
Et sit in exiguo laurus superaddita busto,

Quæ tegat exstincti funeris umbra locum ;
Et duo sint versus : « Qui nunc jacet horrida pulvis,
Unius hic quondam servus amoris erat. »

Nec minus hæc nostri notescet fama sepulcri,
Quam fuerant Phthii busta cruenta viri.

Prop., II, 13, v. 17-38.

CCCI

Cauchemar.

Vidi te in somnis fracta, mea vita, carina,
Ionio lassas ducere rore manus,
Et quæcumque in me fueras mentita fateri,
Nec jam humore graves tollere posse comas;
Qualem purpureis agitatam fluctibus Hellen
Aurea quam molli tergore vexit ovis.

CCC

(Tom. II, p. 551 et 522.)

Quand la mort aura clos mes paupières, écoute, Cynthie, les dispositions de mes obsèques telles que je te prie de les observer. Je ne veux pas qu'alors une longue file d'images marche devant mon convoi, ni que la trompette fasse entendre ses vains gémissements sur mon trẻpas, ni que mon lit funéraire s'étende sur un brancard d'ivoire, ni qu'un coussin riche comme ceux d'Attale serve d'appui à ma tête; qu'on m'épargne aussi la procession des bassins de parfums; je veux les modestes funérailles du plébéien. Ce m'est assez, oui, ce m'est assez si, comme beau cortège, j'ai trois livres que je puisse offrir, don d'un très haut prix, à Proserpine. Toi tu suivras en te meurtrissant la poitrine et sans te lasser un instant de m'appeler par mon nom; et tu déposeras le baiser suprème sur mes lèvres glacées lorsqu'on répandra sur moi les parfums syriens du vase d'onyx. Puis, lorsque la flamme, montant du bûcher, m'aura réduit en cendres, qu'une petite urne reçoive mes mânes; qu'un laurier soit placé sur mon modeste tombeau pour protéger de son ombre le lieu de ma sépulture; et qu'on grave sur ma pierre ces deux vers: << Celui qui repose ici, froide poussière, fut, toute sa vic, l'esclave d'un seul amour ». Par cette inscription, mon sépulcre ne deviendra pas moins illustre que la tombe ensanglantée du héros de Phthie.

CCCI

(Tom. II, p. 558.)

Je t'ai vue en songe, ô ma vie; ton navire était brisé et de tes bras fatigués tu luttais contre la mer Ionienne; tu confessais toutes les trahisons que tu avais commises envers moi et déjà tu ne pouvais plus lever hors de l'eau ta chevelure alourdie: telle, battue des flots pourprés. Hellé, que le bélier doré transporte mollement sur son

Quam timui ne forte tuum mare nomen haberet

Atque tua labens navita fleret aqua!

Quæ tum ego Neptuno, quæ tum cum Castore fratri
Quæque tibi excepi, jam dea Leucothoe!
At tu, vix primas extollens gurgite palmas,
Sæpe meum nomen jam peritura vocas.
Quod si forte tuos vidisset Glaucus ocellos,
Esses Ionii facta puella maris,

Et tibi ob invidiam Nereides increpitarent,
Candida Nesæe, cærula Cymothoe.
Sed tibi subsidio delphinum currere vidi,

Qui, puto, Arioniam vexerat ante lyram.
Jamque ego conabar summo me mittere saxo,
Quum mihi discussit talia visa metus.

CCCII

Prop., 11, 26, v. 1-20.

Properce prisonnier des Amours.

Hesterna, mea lux, quum potus nocte vagarer,
Nec me servorum duceret ulla manus,
Obvia, nescio quot pueri, mihi turba minuta
Venerat; hos vetuit me numerare timor;
Quorum alii faculas, alii retinere sagittas,
Pars etiam visa est vincla parare mihi.
Sed nudi fuerant. Quorum lascivior unus,
<< Arripite hunc. inquit, nam bene nostis cum.
Hic erat; hunc mulier nobis irata locavit. »
Dixit, et in collo jam mihi nodus erat.
Hic alter jubet in medium propellere; et alter:
<<< Intereat, qui nos non putat esse deos!
Hæc te non meritum totas exspectat in horas:
At tu nescio quas quæris, inepte, fores.
Quæ quum Sidoniæ nocturna ligamina mitræ

Solverit, atque oculos moverit illa graves,
Adflabunt tibi non Arabum de gramine odores,
Sed quos ipse suis fecit Amor manibus.

dos. Combien j'ai craint que cette mer ne vînt à recevoir ton nom et qu'un jour, en glissant sur tes ondes, le navigateur ne pleurât ton sort! Que n'ai-je pas alors promis à Neptune, promis à Castor comme à son frère, et à toi,déjà divinité1, Leucothoé! Toi, cependant, n'élevant qu'à peine hors de l'abîme l'extrémité de tes mains, sur le point de périr, plusieurs fois tu criais mon nom. Et si alors Glaucus par hasard eût vu tes yeux, tu serais devenue une des nymphes de la mer Ionienne et contre toi la jalousie susciterait les murmures des Néréides, de la blanche Nésée, de Cymothoé aux yeux bleus. Mais je vis à ton aide s'élancer un dauphin, celui, je crois, qui jadis avait porté Arion et sa lyre; moi aussi, je voulais vers toi ne précipiter du haut d'un rocher, lorsque l'effroi dissipa cette vision.

CCCII

(Tom. 1, p. 560 et 526.)

L'autre nuit, ô lumière de ma vie, après avoir bien bu, j'errais, sans être accompagné d'aucun de mes esclaves, lorsque devant moi se présentèrent en troupe minuscule je ne sais combien d'enfants: la frayeur m'empêcha de les compter. Les uns portaient de petites torches; les autres, des flèches; quelques-uns même semblaient m'apprêter des liens, et tous étaient nus. Un d'eux, le plus hardi, s'écrie: << Saisissez-le; vous devez le reconnaître; c'est bien lui, celui qu'une femme en courroux a mis à notre discrétion!>> A peine a-t-il parlé que déjà j'ai un noeud autour du cou. Un autre me fait pousser de force au milieu de la troupe. Et un troisième se met à dire: «Mort à qui méconnait notre divinité! Quoi! Tandis que Cynthie, dont tu n'es pas digne, t'attend durant des heures entières, tu te mets, insensé, à la recherche de je ne sais quelles portes. Et c'est elle cepen

(1) Leucothoé avait été mise par les dieux au rang des divinités marines après s'être précipitée dans la mer avec son fils Mélicerte.

Parcite jam, fratres; jam certos spondet amores:
Et jam ad mandatam venimus ecce domum. »
Atque ita mi injecto dixerunt rursus amictu:
<< I nunc, et noctes disce manere domi. >>

Prop., 11, 29, v. 1.22.

CCCIII

A Cynthie. L'immortalité du génie.

Quod non Tænariis domus est mihi fulta columnis,
Nec camera auratas inter eburna trabes;
Nec mea Phæacas1 æquant pomaria silvas,
Non operosa rigat Marcius antra liquor:
At Musæ comites, et carmina cara legenti,
Et defessa choris Calliopea meis.

Fortunata, meo si qua est celebrata libello !

Carmina erunt formæ tot monumenta tuæ. Nam neque pyramidum sumtus ad sidera ducti, Nec Jovis Elei cælum imitata domus,

Nec Mausolei dives fortuna sepulcri,

Mortis ab extrema conditione vacant.
Aut illis flamma, aut imber subducet honores,
Annorum aut ictu pondera victa ruent.
At non ingenio quæsitum nomen ab ævo
Excidet: ingenio stat sine morte decus.

CCCIV

Prop., III, 2, v. 9-24.

La mission de Properce lui est signifiée dans un songe. Visus eram molli recubans Heliconis in umbra, Bellerophontei qua fluit humor equi,

(1) Homère a rendu célébres les jardins d'Alcinous, roi des Phéaciens.

« PreviousContinue »