Poétique de Le Batteux: Revue et complétée d'après les meilleurs critiques par un professeur de littérature

Front Cover
J. Lecoffre, 1866 - Poetics - 318 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 278 - Ce n'est point une nécessité qu'il y ait du sang et des morts dans une tragédie : il suffit que l'action en soit grande, que les acteurs en soient héroïques, que les passions y soient excitées, et que tout s'y ressente de cette tristesse majestueuse qui fait tout le plaisir de la tragédie.
Page 26 - Celui qui met un frein à la fureur des flots Sait aussi des méchants arrêter les complots. Soumis avec respect à sa volonté sainte, Je crains Dieu, cher Abner, et n'ai point d'autre crainte Cependant je rends grâce au zèle officieux Qui sur tous mes périls vous fait ouvrir les yeux.
Page 294 - Sortez , ombres , sortez de la nuit éternelle ; Voyez le jour pour le troubler : • . Que l'affreux désespoir, que la rage cruelle, Prennent soin de vous rassembler : Avancez , malheureux coupables , Soyez aujourd'hui déchaînés Goûtez l'unique bien des cœurs infortunés, Ne soyez pas seuls misérables.
Page 85 - M'a conjuré de lui faire un rondeau, Cela me met en une peine extrême. Quoi ! treize vers, huit en eau, cinq en ème I Je lui ferais aussitôt un bateau.
Page 86 - Faisons en huit, en invoquant Brodeau, Et puis mettons par quelque stratagème: Ma foi, c'est fait ! Si je pouvais encor de mon cerveau Tirer cinq vers, l'ouvrage serait beau. Mais cependant je suis dedans l'onzième, Et ci je crois que je fais le douzième, En voilà treize ajustés au niveau: Ma foi, c'est fait...
Page 225 - Que le début soit simple et n'ait rien d'affecté. N'allez pas dès l'abord, sur Pégase monté, Crier à vos lecteurs, d'une voix de tonnerre : « Je chante le vainqueur des vainqueurs de la terre 3.
Page 84 - Poursuivons ; les quatrains ne m'étonneront guère, Si du premier tercet je puis faire les frais. " Je commence au hasard, et si je ne m'abuse. Je n'ai pas commencé sans l'aveu de ma muse; Puisqu'on si peu de temps je m'en tire si net.
Page 191 - Rien ne pèse tant qu'un secret : Le porter loin est difficile aux dames ; Et je sais même sur ce fait Bon nombre d'hommes qui sont femmes.
Page 217 - De la foi d'un chrétien les mystères terribles D'ornements égayés ne sont point susceptibles...
Page 182 - LES fables ne sont pas ce qu'elles semblent être ; Le plus simple animal nous y tient lieu de maître. Une morale nue apporte de l'ennui : Le conte fait passer le précepte avec lui.

Bibliographic information