Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

PARIS, IMPRIMERIE DE GAULTIER-LAGUIONIE,

HÔTEL DES FERMES.

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][graphic]

PARIS,
CHEZ P. DUPONT, LIBRAIRE,

RUE DU BOULOY, HÔTEL' DES PERMES.

1825.

DE

LA NATURE,

SUITE DU LIVRE II.

HARMONIES AÉRIENNES

DES ANIMAUX.

L'air pénètre dans les corps des animaux et dans les interstices de leurs muscles, comme dans les plantes; il contribue au mouvement de leurs fluides, et il empêche, par son élasticité, leurs chairs d'être affaissées par le poids de l'atmosphère. Si l'on forme le vide sur une partie de leurs corps avec une ventouse, qui est un vase d'où on a chassé l'air par le moyen du feu, on voit la chair, dont l'air intérieur se dilate, monter dans la ventouse : le ressort de cet air n'a plus de contre-poids dans l'air extérieur. On produit un effet semblable par

la succion de la bouche sur la main, au point d'en faire sortir le sang. Il y a des vésicules d'air disséminées entre les muscles des animaux et leur

B. II.

« PreviousContinue »