Pensées de Blaise Pascal

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 18 - la même chose arrive dans la succession des hommes que dans les âges différents d'un particulier. De sorte que toute la suite des hommes, pendant le cours de tant de siècles, doit être considérée comme un même homme qui subsiste toujours, et qui apprend continuellement : d'où
Page 165 - à toutes les lois de Dieu et de la nature, s'en sont fait eux-mêmes auxquelles ils obéissent exactement ; comme, par exemple, les voleurs, etc. LUI. Ce chien est à moi, disoient ces pauvres enfants ; C'est là ma place au soleil : voilà le commencement et l'image de l'usurpation de toute la terre. LIV. Vous avez mauvaise
Page 239 - Le port règle ceux qui sont dans le vaisseau; mais où trouverons-nous ce point dans la morale ? Dans cette seule maxime , reçue de toutes les nations : Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu'on vous fît. V. Page
Page 240 - Ne pouvant faire que ce qui est juste fût fort, on a fait que ce qui est fort fût juste. Pascal semble se rapprocher ici des idées de Hobbes, et le plus dévot des philosophes de son siècle est, sur la nature du juste et de l'injuste, du même avis que le plus irréligieux. C.
Page 18 - avoient, celles que leurs études auraient pu leur acquérir à la faveur de tant de siècles. De là vient que, par une prérogative particulière, non seulement chacun des hommes s'avance de jour en jour dans les sciences, mais que tous les hommes ensemble y font un continuel progrès, à mesure que l'univers vieillit,
Page 98 - VIII. On ne voit presque rien de juste ou d'injuste, qui ne change de qualité en changeant de climat. Trois degrés d'élévation du pôle renversent toute la jurisprudence. Un méridien décide de la vérité, ou peu d'années de possession. Les lois fondamentales changent. Le droit a ses époques. Plaisante justice, qu'une rivière ou une montagne borne ! Vérité
Page 247 - La dernière chose qu'on trouve, en faisant un ouvrage, est de savoir celle qu'il faut mettre la première. Quelquefois. Mais jamais on n'a commencé ni une histoire , ni une tragédie, par la fin , ni aucun travail. Si on ne sait souvent par où commencer, c'est dans un éloge, dans une oraison funèbre, dans un sermon, dans
Page 144 - La raison nous commande bien plus impérieusement qu'un maître : car, en désobéissant à l'un, on est malheureux ; et, en désobéissant à l'autre, on est un sot. III. Pourquoi me tuez-vous? Eh quoi! ne demeurez-vous pas de l'autre côté de l'eau ? Mon ami, si vous demeuriez de ce
Page 187 - choses de sentiment, y cherchant des principes, et ne pouvant voir d'une vue. XXXIV. La vraie éloquence se moque de l'éloquence : la vraie morale se moque de la morale ; c'est-àdire que la morale du jugement se moque de la morale de l'esprit, qui est sans règle. XXXV. Toutes les fausses beautés que nous blâmons dans
Page 76 - la même proportion que le monde visible; dans cette terre, des animaux, et enfin des cirons, dans lesquels il retrouvera ce que les premiers ont donné, trouvant encore dans les autres la même chose, sans fin et sans repos. Qu'il se perde dans

Bibliographic information