Des colonies, et de la révolution actuelle de l'Amérique, Volume 2

Front Cover
Béchet, 1817 - 394 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 378 - On crut voir le germe de la révolte dans toutes les associations qui avaient pour but de répandre les lumières. On prohiba l'établissement des imprimeries dans des villes de quarante à cinquante mille...
Page 379 - A la même époque, le gouvernement local crut découvrir une conspiration à Santa-Fé, capitale du royaume de la Nouvelle-Grenade; on y mit aux fers des individus qui, par la voie du commerce avec l'île de Saint-Domingue, s'étaient procuré des journaux français ; on condamna à la torture des jeunes gens de seize ans, pour leur arracher des secrets dont ils n'avaient aucune connaissance.
Page 360 - On voudrait en vain se dissimuler l'opposition qui existe entre les intérêts des divers Etats , et il ne sera pas toujours facile de la faire cesser. Ceux du nord sont peuplés par une race entreprenante , robuste , familiarisée avec la navigation et les dangers de la mer ; ils s'enrichissent par le commerce , et le regardent comme la base la plus solide de leur prospérité. Les peuples du Midi , moins économes, plus habitués aux jouissances du luxe , plus généralement...
Page 360 - Midi , moins économes , plus habitués aux jouissances du luxe , plus généralement adonné» à l'agriculture , font peu de cas du commerce , et les maximes qu'ils suivent dans le gouvernement des affaires sont plus élevées. Ces discordances peuvent avoir des conséquences fâcheuses pour l'intérêt public. Les uns voudront la guerre, quand les autres demanderont la paix; et réciproquement, enfin, on ne les verra jamais tendre uniformément au même but : et cette divergence pourra souvent...
Page 378 - Iftibitans; on considéra comme suspects d'idées révolutionnaires de paisibles citoyens qui, retirés à la campagne, lisaient en secret les ouvrages de Montesquieu, de Robertson ou de Rousseau. Lorsque la guerre éclata entre l'Espagne et la France, on traîna dans les cachots de malheureux Français qui étaient établis au Mexique depuis vingt ou trente ans.
Page 51 - Portugal , il est bien évident qu'ils sont entièrement intervertis. Le gouvernement passé au Brésil n'enverra plus en Portugal les trésors du Brésil ; il les gardera pour lui-même , et les consommera sur les lieux. Cependant ces tributs servaient à acquitter la balance du commerce qui était contre le Portugal d'une somme de plus de soixante millions ; il devra dorénavant faire face à cette dépense avec ses produits propres. Si le gouvernement du Portugal , métropole , s'occupait assez...
Page 254 - ... car il n'y en a pas un seul qui ne soit destiné à être traîné en triomphe à Londres (i), huit jours après qu'il aura osé mettre en mer : sans l'indépendance des colonies, tous (i) Pendant les dix-neuf années de guerre qui ont eu lieu entre la France et l'Angleterre, depuis...
Page 379 - ... par la force et en augmentant le nombre des troupes, composées d'indigènes , mais en gouvernant avec équité, en perfectionnant les institutions sociales, en faisant droit aux justes réclamations des colons, que l'on parviendrait à resserrer pour long-temps les liens qui unissent les colonies à la péninsule d'Espagne. Des avis si salutaires n'ont pas été suivis; le régime colonial n'a pas subi de réforme; et, *• en 1796, dans un pays où les progrès des lumières avaient été favorisés...
Page 52 - Portugal au Brésil? Le Portugal, devenu colonie, ayant à recevoir ses lois de loin, appauvri par le retrait des tributs du Brésil, par la suppression des dépenses de la cour et des grands, s'accoutumera-t-il à un changement par lequel il se sentira si vivement blessé? Consentira-t-il toujours à rester dans un état de colonie dépendante, à supporter ce qu'il a d'humiliant et de fâcheux dans toutes les parties de l'administration ? Les deux fractions du même gouvernement ne se lasseront-elles...
Page 52 - Les grands, les hommes qui ont le besoin des cours, rie passeront-ils pas du Portugal au Brésil? Le Portugal, devenu colonie, ayant à recevoir ses lois de loin, appauvri par le retrait des tributs du Brésil , par la suppression des dépenses de la cour et des grands, s'accoutumera-t-il à un changement par lequel il se sentira si vivement blessé?

Bibliographic information