Hilmar Cura's ... Franske grammatik, eller Anviisning til det franske sprog: med en fransk chrestomathie, en dertil hørende fransk og dansk ordbog, samtaler og stiiløvelser, samt underretning om den franske titulatur

Front Cover
Godiches efterleverske, 1777 - French language - 712 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 487 - Hé, bonjour, monsieur du Corbeau Que vous êtes joli! que vous me semblez beau! Sans mentir, si votre ramage Se rapporte à votre plumage, Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois.
Page 491 - II lit au front de ceux qu'un vain luxe environne Que la Fortune vend ce qu'on croit qu'elle donne. Approche-t-il du but? quitte-t-il ce séjour ? Rien ne trouble sa fin : c'est le soir d'un beau jour.
Page 415 - D'abord il fut un peu ébloui de la cour ; et son grand changement de fortune changea un peu son cœur. Son âge et sa faveur joints ensemble, altérèrent un peu sa sagesse et sa modération. Au lieu de sa houlette, de sa flûte, et de son habit de berger, il prit une robe de pourpre brodée d'or, avec un turban couvert de pierreries. Sa beauté effaça tout ce que la cour avoit de plus agréable : il se rendit capable des affaires les plus sérieuses, et mérita la confiance...
Page 415 - Alibée, qui fut bien surpris d'apprendre à qui il s'était rendu agréable. On lui fit apprendre à lire, à écrire, à chanter, et ensuite on lui donna des maîtres pour les arts et pour les sciences qui ornent l'esprit. D'abord il fut un peu ébloui de la cour ; et son grand changement de fortune changea...
Page 512 - Mais je ne puis souffrir qu'un fat, dont la mollesse N'a rien pour s'appuyer qu'une vaine noblesse, Se pare insolemment du mérite d'autrui, Et me vante un honneur qui ne vient pas de lui.
Page 417 - ... vous que je veux vivre et mourir. Pourquoi faut-il que d'autres biens trompeurs soient venus me tromper, et troubler le repos de ma vie? Je vous les rends, grand roi, toutes ces richesses qui me viennent de votre libéralité; je ne garde que ce que j'avais quand le roi votre père vint, par ses grâces, me rendre malheureux.
Page 500 - Célèbre un Dieu créateur. • Quel plus fublime cantique Que ce concert magnifique De tous les céleftes corps ! Quelle grandeur infinie ! Quelle divine harmonie Réfulte de leurs accords...
Page 416 - Alibée prouva par de bons témoins que la chose avoit été faite, par l'ordre du feu roi, avant que la charge eût été donnée à Alibée. Quand les ennemis d...
Page 485 - Je suis venue ici achever les beaux jours, et dire adieu aux feuilles; elles sont encore toutes aux arbres, elles n'ont fait que changer de couleur : au lieu d'être vertes elles sont aurore, et de tant de sortes d'aurore, que cela compose un brocart d'or riche et magnifique, que nous voulons trouver plus beau que du vert, quand ce ne serait que pour changer.
Page 445 - Déjà frémissoit dans son camp l'ennemi confus et déconcerté; déjà prenoit l'essor pour se sauver dans les montagnes cet aigle dont le vol hardi avoit d'abord effrayé nos provinces. Ces foudres de bronze, que l'enfer a inventés pour la destruction des...

Bibliographic information