Page images
PDF

les hommes concurremment avec le climat, les mœurs, etc. : de la naît l'esprit général d'une nation, 57. Différences entre leurs effets et ceux des mœurs, 65. — Ce que c'est, 67. — Ce n'est point par leur moyen que l'on doit changer les mœurs et les manières d'une nation, ibid. Différence entre les lois et les mœurs, 69.— Ce ne sont point les lois qui ont établi les mœurs, 7o. — Comment doivent être relatives aux mœurs et aux manières, 78.–Comment peuvent contribuer à former les mœurs, les manières et le caractère d'une nation, 83 et suiv. Considérées dans le rapport qu'elles ont avec le nombre des habitants, 259 et suiv. —Celles qui font regarder comme nécessaire ce qui est indifférent, font regarder comme indifférent ce qui est nécessaire, 323, 324. Sont quelquefois obligées de défendre les mœurs contre la religion, 326, 327. — Rapport qu'elles doivent avoir avec l'ordre des choses sur lesquelles elles statuent, 367, 4o7. Ne doivent point être contraires à la loi naturelle : exemples, 37o et suiv.— Règlent seules les successions et le partage des biens, 374 et suiv. — Seules, avec les lois politiques, décident, dans les monarchies purement électives, dans quel cas la raison veut que la couronne soit déférée aux enfants ou à d'autres, 375.— Seules, avec les lois politiques, règlent les droits des bâtards, 377, 38o. — Leur objet, 381. — Dans quels cas doivent être suivies, lorsqu'elles permettent, plutôt que celles de la religion qui défendent, 383. – Cas où elles défendent des

mœurs et des manières, 392, 393. — Leurs défenses sont accidentelles, ibid. Les hommes leur ont sacrifié la communauté naturelle des biens : conséquences qui en résultent, 394 et suiv.— Sont le palladium de la propriété, 395.— Il est absurde de réclamer celle de quelque peuple que ce soit, quand il s'agit de régler la succession à la couronne, 398.— Il faut examiner si celles qui paroissent se contredire sont du même ordre, 4oo. — Ne doivent point décider les choses qui dépendent du droit des gens, 4o2. — On est libre quand ce sont elles qui gouvernent, ibid. – Leur puissance et leur autorité ne sont pas la même chose, 4o6. — Ii y en a d'un ordre particulier, qui sont celles de la police, 4o7. — Il ne faut pas confondre leur violation avec celles de la simple police, ibid. Il n'est pas impossible qu'elles n'obtiennent une grande partie de leur objet, quand elles sont telles qu'elles ne forcent que les honnêtes gens à les éluder, 422. De la manière de les composer, III, 1, 28. - Celles qui paroissent s'éloigner des vues du législateur y sont souvent conformes, 2. De celles qui choquent les vues du législateur, 3. — Exemple d'une loi qui est en contradiction avec elle - même, 4. — Celles qui paroissent les mêmes n'ont pas toujours le même effet, ni le mème motif, 5, 7. Nécessité de les bien composer, 6. — Celles qui paroissent contraires dérivent quelquefois du même esprit, 1 o. — De quelle manière celles qui sont diverses peuvent être comparées, 1 r. - Celles qui paroissent les mêmes sont quelquefois réellement différentes, 12. Ne doivent point être séparées de l'objet pour lequel elles sont faites, 14 et suiv. — Dépendent des lois politiques : pourquoi, 15. — Ne doivent point être séparées des circonstances dans lesquelles elles ont été faites, 16. – Il est bon quelquefois qu'elles se corrigent elles-mêmes , 17. — Précautions que doivent apporter celles qui permettent de se faire justice soi-même, ibid. Comment doivent êtres composées quant au style et quant au fond des choses, 18 et suiv. — Leur présomption vaut mieux que celle de l'homme, 23. — On n'en doit point faire d'inutiles : exemple tiré de la loi Falcidie, 24. - C'est une mauvaise manière de les faire par des rescrits, comme faisoient les empereurs romains : pourquoi, 26. — Est-il nécessaire qu'elles soient uniformes dans un état ? 27. — Se sentent toujours des passions et des préjugés du législateur, 28. Lois civiles des François. Leur origine et leurs révolutions, II, 428. Lois civiles sur les fiefs. Leur origine, III, 2o9 et suiv. Lois (clergé). Bornes qu'elles doivent mettre aux richesses du clergé, II, 35o et suiv. Lois ( climat). Leur rapport avec la nature dn climat, I, 419,444. —Doivent exciter les hommes à la culture des terres dans les climats chauds : pourquoi, 429. —De celles qui ont rapport aux maladies du climat, 434 et suiv. — La confiance qu'elles ont · dans le peuple est différente

selon les clinmats, 442 et suiv.— Comment celles de l'esclavage civil ont du rapport avec la nature du climat, 444. Lois (commerce). Des lois considérées dans le rapport qu'elles ont avec le commerce considéré dans sa nature et ses disdinctions, II, 99, 127.— De celles qui emportent la confiscation de la marchandise, 1 15. —De celles qui établissent la sûreté du commerce, 1 16. — Des lois, dans le rapport qu'elles ont avec le commerce, considéré dans les révolutions qu'il a eues dans le monde, 127.— Des lois du commerce aux Indes, 193 et suiv. — Lois fondamentales du commerce de l'Europe, 193 et suiv. Lois (conspiration). Précautions que l'on doit apporter dans les lois qui regardent la révélation des conspirations, I, 372, 373. Lois Cornéliennes. Leur auteur, leur cruauté, leur motif, I, 293. * Lois criminelles. Les différents degrés de simplicité qu'elles doivent avoir dans les différents gouvernements, I, 155 et suiv.— Combien on a été de temps à les perfectionner; combien elles étoient imparfaites à Cumes, à Rome sous les premiers rois, en France sous les premîers rois, 349 et suiv. — La liberté du citoyen dépend principalement de leur bonté, 35o. —- Un homme qui, dans un état où l'on suit les meilleures lois criminelles qui soient possibles, est condamné à être pendu et doit l'être le lendemain, est plus libre qu'un bacha en Turquie, 35 r.— Comment on peut parvenir à faire les meilleures qu'il soit possible, ibid. Doivent tirer chaque peine de la nature du crime, 352 et suiv.— Ne doivent punir que les actions extérieures, 366.— Le criminel qu'elles font mourir ne peut rétlamer contre elles, puisque c'est parce qu'elles le font mourir qu'elles lui ont sauve la vie à tous les instants, 447. - En fait de religion, les lois criminelles n'ont d'effet que comme destruction, II, 358, 359.— Celle qui permet aux enfants d'accuser leur pere de vol ou d'adultère, est contraire à la nature, 372.— Celles qui sont les plus cruelles peuvent-elles être les meilleures ? III 2. Lois d'Angleterre. Ont été produites, en partie, par le chmat, II , 83. Voyez Angleterre. . Lois de Crète. Sont l'original sur lequel on a copié celles de Lacédémone, I, 87. Lois de la Grèce. Celles de Minos, de Lycurgue et de Platon ne peuvent subsister que dans un petit état, I, 91. - Ont puni, ainsi que les lois romaines, l'homicide de soi-mème, sans avoir le même objet, III, 8. —Source de plusieurs lois abominables de la Grèce, 16. Lois de la morale. Sont bien moins observées que les lois physiques, I, 31. — Quel en est le principal effet, 32 et suiv. Lois de l'éducation. Doivent être relatives aux principes du gouvernement, I, 77 et suiv. Lois de Lycurgue. Leurs contradictions apparentes prouvent la grandeur de son génie, I, 87, 88.— Ne pouvoient subsister que dans un petit état, 9I. Lois de Moise. Pourquoi s'écartent quelquefois de la loi naturelle,

I, 467. - Leur sagesse au sujet des asiles, II, 347. Lois de M. Penn. Comparées avec celles de Lycurgue, I, 88. Lois de Platon. Etoient la correction de celles de Lacédémone, I, 87. - Ne pouvoient subsister que dans un petit état, 91. Lois des Bavarois. On y ajouta plu. sieurs capitulaires : suite qu'eut cette opération, II, 44o. Lois des Bourguignons. Sont assez judicieuses, II, 432. — Comment cesserent d'être en usage chez les François, 444, 445. Lois des Lombards. Les chang ments qu'elles essuyèrent furent plutôt des additions que des changements, II, 43o. — Sont assez judicieuses, 432. — On y ajouta plusieurs capitulaires : suite qu'eut cette opération, 449. Lois (despotisme). Il n'y a point de lois fondamentales dans les états despotiques, I, 57. Qui sont celles qui dérivent de l'état despotique, ibid. - Il en faut un tres-petit nombre dans un état despotique, 128. Comment elles sont relatives au pouvoir despotique, ibid. - La volonté du prince est la seule loi dans les états despotiques, 129 et suiv. — Causes de leur simplicité dans les états despotiques, 155. — Celles qui ordonnent aux enfants de n'avoir d'autre profession que celle de leur père ne sont bonnes que dans un état despotique, II, 12 I, 1 22. Lois des Saxons. Causes de leur dureté, II, 43 1. Lois des H7sigoths. Furent refondues par leurs rois et par le clergé. Ce fut le clergé qui y introduisit les peines corporelles qui furent toujours inconnues dans les autres lois barbares auxquelles il ne toucha point, II, 43o, 431.— C'est de ces lois qu'ont été tirées toutes celles de l'inquisition : les moines n'ont fait que les copier, 431, 432. - Sont idiotes, n'atteignent point le but, frivoles dans le fond, et gigantesques dans le style, ibid. Triomphèrent en Espagne, et le droit romain s'y perdit, 444. — Comment cessèrent d'être en usage chez les François, 447.—L'ignorance de l'écriture les a fait tomber en Espagne, 45 I. Lois divines. Rappellent sans cesse l'homme à Dieu qu'il auroit oublié à tous les instants, I, 33. — C'est un grand principe qu'elles sont d'une autre nature que les lois humaines, ibid. Autres principes auxquels celuiest soumis. 1° Les lois divines sont invariables; 2° les lois humaines sont variables; 3° la principale force des lois divines vient de ce qu'on croit la religion ; elles doivent donc être anciennes : la principale force des lois humaines vient de la crainte; elles peuvent donc être nouvelles, II, 364. Lois domestiques. On ne doit point décider ce qui est de leur ressort par les lois civiles, II, 4o1. Lois du mouvement. Sont invariables, I, 3o. Lois (égalité) Loi singulière qui, en introduisant l'égalité, la rend odieuse, I, 1 o5 et suiv. Lois (esclavage). Comment celles de l'esclavage civil ont du rapport avec la nature du climat, I, 444. - Ce qu'elles doivent faire, par rapport à l'esclavage, 456.— Comment celles de l'esclavage domestique ont du rap

port avec celles du climat, 474.

—Comment celles de la servitude politique ont du rapport avec la nature du climat, II, 1. Lois ( Espagne ). Absurdité de celles qui ont été faites sur l'emploi de l'or et de l'argent, II, 2 O I. Lois féodales. On pu avoir des raisons pour appeler les mâles à la succession à l'exclusion des filles, II, 375. — Quand la France comménça à être plutôt gouvernée par les lois féodales que par les lois politiques, 446 et suiv. — Quand s'etablirent, 448.—Théorie de ces lois, dans le rapport qu'elles ont avec la monarchie, III, 29, 116 et suiv. -- Leurs effets comparés à un chêne antique, 3o.—Leurs sources, ibid. Lois (France). Les anciennes lois de France étoient parfaitement dans l'esprit de la monarchie, I, 1 7 1.— Ne doivent point, en France, gêner les manières, elles gêneroient les vertus, II, 58. — Quand commencèrent, en France, à plier sous l'autorité des coutumes, 451 et suiv. Lois (Germains.) Leurs différents caractères, II, 428.

Lois humaines. Tirent leur principal avantage de la nouveauté, II, 369. Voyez Lois divines.

Lois (Japon). Pourquoi sont si sévères au Japon, I, 442. — Tyrannisent le Japon, II, 57.-Punissent, au Japon, la moindre désobéissance ; c'est ce qui a rendu la religion chrétienne odieuse, II, 365.

Lois Juliennes. Avoient rendu le crime de lèse-majesté arbitraire, I, 364.—Ce que c'étoit, II, 283. — On n'en a plus que des fragments : où se trouvent ces fragments : détail de leurs disposi

tions contre le célibat, 285, 286. . Lois (liberté). De celles qui forment la liberté publique dans son rapport avec la constitution, I, 29e. – De celles qui forment la liberté politique, dans son rapport avec le citoyen, 348. — Comment forment la liberté du citoyen, ibid. Paradoxe sur la liberté, 349.– Authenticité que doivent avoir celles qui privent un seul citoyen de sa liberté, lors même que c'est pour conserver celle de tous, 377.- De celles qui sont favorables à la liberté des citoyens, dans une république, 378. De celles qui peuvent mettre un peu de liberté dans les états despotiques, 389 et suiv. N'ont pas pu mettre la liberté des citoyens dans le commerce, 446. — Peuvent être telles que les travaux les plus pénibles soient faits par des hommes libres et heureux, 454. Lois (mariage). Ont, dans certains pays, établi divers ordres de femmes légitimes, II, 263. — Dans quel cas il faut suivre les lois civiles, en fait de mariage, plutôt que celles de la religion, 385 et suiv. — Dans quels cas

[blocks in formation]

protéger l'honneur des femmes esclaves comme celui des femmes libres, I, 459. - Leur simplicité dépend de la bonté des mœurs du peuple, II, 79. Comment suivent les mœurs, 4o et suiv. — Sont quelquefois obligées de défendre les mœurs contie la religion, 327.

Lois (monarchie). Arrêtent les en

treprises tyranniques des monarques : n'ont aucun pouvoir sur celles d'un citoyen subitement revêtu d'une autorité qu'elles n'ont pas prévue, I, 5o. - La monarchie a pour base les lois fondamentales de l'état, 53, 54. — Qui sont celles qui dérivent du gouvernement monarchique, 54. — Doivent, dans une monarchie, avoir un dépôt fixe : quel est ce dépôt, 56. — Tiennent lieu de vertu dans une monarchie, 66, — Jointes à l'honneur, produisent dans une monarchie le même eifet que la vertu, 69. — L'honneur leur donne la vie dans uLe monarchie, 71, 72.-Comment sont relatives à leur principe dans une monarchie, 12 1 et suiv.—Doivent-elles contraindre les citoyens d'accepter les emplois ? 144. Le monarque ne peut les enfreindre sans danger, 165. - Leur exécution , dans la monarchie, fait la sûreté et le bonheur du nonarque, 383. — Doivent menacer, et le prince encourager, 386.

[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]
« PreviousContinue »